Les hormones du bonheur

Nos hormones et nos neurotransmetteurs régissent notre état global et influencent notre productivité. Cet article vous les présente et vous invite à les stimuler!

-
« Bien-être », « mieux-être », « bonheur », « développement personnel », « équilibre », quel que soit le terme employé, ainsi que notre activité et environnement, nous tendons vers la stimulation de ce qui essentiellement nous procure du bien : les hormones et les neurotransmetteurs du bonheur. Endorphine, sérotonine, dopamine et autres hormones « IN », elles régissent notre état global. Si l’on se fie aux recherches scientifiques sur le bonheur de Sonja Lyubomirsky (Chercheuse en psychologie et professeure à l’Université de Californie), on constate qu’il existe 3 déterminants au bonheur ayant plusieurs niveaux d’impact :
-
  • Constitution génétique à 50%
  • Choix de vie à 40%
  • Environnement extérieur à 10%

 

Il est intéressant de constater que nos hormones et nos neurotransmetteurs peuvent être influencés à 40% directement par nos choix de vie. Voici quelques actions globales qui ne manqueront pas de les stimuler ;
  • Endorphine – Relaxe les muscles et soulage la douleur = Entreprendre une activité physique
  • Sérotonine – Augmente le niveau de sociabilité, l’humeur = Adapter son alimentation et entreprendre une activité de détente
  • Adrénaline – Favorise la réactivité et la gestion du stress = Améliorer son alimentation, entreprendre une activité physique, de détente, et énergétique
  • Ocytocine – Développe l’attachement à soi et à autrui = Entreprendre une activité relative au toucher et une activité introspective
  • Dopamine – Améliore le plaisir et les émotions = Entreprendre une activité physique, établir une routine, adapter son alimentation
  • Acétylcholine – Améliore la mémoire= Adapter son alimentation

 

Puisque nos pensées et actions conditionnent notre futur, nos choix de vie ont un impact sur les circonstances et l’environnement extérieur. On peut donc supposer qu’en réalité nos choix de vie influencent également une partie des 10% du déterminant «Environnement extérieur».
Nourrir ses différentes hormones, c’est se garantir du bien et c’est aussi faire plus de choses. En considérant la recherche du département d’économie de l’Université de Warwick, les gens heureux seraient aussi les gens qui produisent plus que les autres!
-
Perrine T

Laissez un commentaire

Vous devez être connectés afin de publier un commentaire.